7 conseils utiles pour un road trip en France

road_trip_conseils
by

Jérémy, du Blog Jeremybackpacker nous dévoile ses précieux conseils pour partir en road trip en camping-car, van, fourgon ou encore combi… Amoureux de la vanlife, il nous fait un retour sur son séjour de 3 semaines sur la côte Atlantique avec sa compagne Thérésa !

7 conseils qui nous auraient été utiles avant notre road trip en France !


Chaque année, nous sommes de plus en plus nombreux à nous intéresser à la fameuse « vanlife ». Dans certaines régions du monde, ce mode de vie s’est déjà démocratisé depuis un certain temps. Qui n’a jamais vu passer une photo d’un van sur une plage australienne, un kangourou au loin ?

D’ailleurs, derrière ce titre d’article (
un peu long, je vous l’accorde) se cache en vérité un retour d’expérience sur nos 3 semaines et demie de road trip « made in France ». Le long de la côte atlantique, pour être exact ! Mais quel road trip ? Le nôtre, à vrai dire. Je m’appelle Jérémy, et avec ma compagne Thérésa, après plusieurs années à parcourir l’Océanie, il nous paraissait évident d’enfin prendre le temps de découvrir cette région de France.

Mais, comme vous pouvez vous en doutez, un road trip en Australie diffère pas mal d’une aventure en France. Et ça tombe bien, car on vous a compilé 7 conseils pratiques que vous serez heureux d’avoir lus avant de prendre la route en France 

[Et pour ceux et celles qui seraient curieux de découvrir notre itinéraire de 3 semaines le long de la côte ouest française, le lien vers celui-ci se trouve en fin d’article !]

1 – Est-ce vraiment mieux de voyager en basse saison ?

Tout le monde n’en a pas forcément l’opportunité, j’en suis bien conscient, mais voyager hors saison comporte souvent de réels avantages. Surtout pour les voyageurs à petit et moyen budget qui veulent profiter d’un long week-end ou qui désirent goûter à la liberté que procure la vie nomade durant une ou plusieurs semaines.
Les prix sont logiquement plus bas « hors saison » et il y a bien évidemment beaucoup moins de monde sur les routes, ainsi qu’aux abords des lieux touristiques.

[Même au niveau des véhicules disponibles sur Wikicampers, le choix est beaucoup plus large, les prix sont plus bas, il y a davantage de dates disponibles, etc.]

MAIS, ignorer les aspects négatifs reviendrait à omettre une partie de la vérité sur la vanlife. On va revenir sur certains points un peu plus bas. Mais des aspects comme le climat, l’accès aux campings ou encore les rencontres faites sur la route se voient pas mal chamboulés.

Pour répondre à la question initiale de ce point ; je dirais que ça dépend du type de voyageur que vous êtes. Pour caricaturer et reformuler le choix qui s’offre à vous, je dirais :
Combien de jours moins ensoleillés seriez-vous prêts à abandonner pour réduire vos dépenses et ne pas devoir faire la file devant le mont Saint-Michel ?

road_trip_france_conseils

2 – La météo change complètement la physionomie de votre road trip

Comme très justement pointé dans cet article sur les 9 secrets de la vanlife, vos ami(e)s vous surnommeront Mme ou M. Météo. D’ailleurs, je vous conseille d’avoir 2 ou 3 applications pour vérifier les prévisions (on a trouvé Accuweather assez fiable).

Là où en Australie, le soleil est le cadet de tes soucis, en France (qui plus est hors été), c’est une des priorités.
Mais pourquoi devenir plus informé qu’Évelyne Déliat ?

Car lorsqu’on voyage en véhicule, on veut (paradoxalement) rester le moins souvent possible à l’intérieur. Demande à un camping-cariste ou un couple dans un petit van aménagé, dès qu’ils le peuvent, ils sont à l’extérieur ! Pour les activités à faire, mais aussi dès qu’on a son spot ou son camping pour la nuit, sortir les chaises et la table, et prendre l’apéro en plein air. Pour ça, il faut un ciel clément, voire ensoleillé, et une petite polaire si vous voyagez en octobre comme nous !

Donc, conseil numéro 2 ; suivez le soleil et les degrés le plus possible, ça change (vraiment) tout !

road_trip_conseils_france

3 – L’accès aux sanitaires et aux douches ; les meilleures astuces !

Côté moins glamour, mais ô combien important… L’accès aux sanitaires !

Se doucher durant son road trip

Même si le sujet est déjà longuement traité dans cet article sur le blog, j’y vais quand même de notre expérience personnelle.

Nous avons loué un magnifique VW California T6 Coast trouvé sur… Wikicampers of course ! Il était parfaitement équipé (cuisine au gaz (+ ustensiles de cuisine, c’est super pratique), chauffage, tente de toit), mais ce type de véhicule n’a pas de douches (ni de toilettes). Ce n’était pas du tout un impératif pour nous.

Nous avons cependant appris (à nos dépens), que bon nombre de sanitaires publics sont tout simplement fermés ou inaccessibles en basse saison (ce à quoi la crise sanitaire actuelle s’est ajoutée…)

Nous avons donc reçu pas mal de conseils de connaissances plus expérimentées à la vie nomade : 

La douche solaire ou portative est un bon plan… en été.
Ainsi, les douches des piscines municipales ou encore celles des campings (que vous y dormiez ou non, certains vous laisseront utiliser leurs sanitaires contre quelques euros) sont une bonne solution.

Certaines stations essence ou marinas (port de pêche) en possèdent, mais bon, il ne faudra pas s’attendre au grand luxe. Enfin, étant donné que nous longions la côte, nous avons tout de même fini par trouver quelques douches de plage toujours fonctionnelles. Disons qu’on s’éternise rarement lors d’une douche froide, mais ça fait l’affaire !

[Pour les douches extérieures ou naturelles, utilisez impérativement des savons solides 100% naturels qui ne pollueront pas ! Aucun placemeent de produit, mais pour vous citer une marque, nous avions commandé les nôtres chez Sloe Nature]

Pour conclure, non, vous ne prendrez pas de douches tous les jours, mais on se débrouille toujours !

road_trip_se_doucher

Les toilettes

Quand aucun sanitaire n’est à proximité, je t’évite le dessin, mais ça se passera en nature. D’ailleurs, sujet important, il y a plusieurs règles à respecter.

Elles sont d’ailleurs détaillées dans un article sur Mad’moizelle, mais cela implique de ne pas laisser de papier toilette dans la nature, ne pas le faire près d’un cours d’eau, mais aussi de creuser un trou de 15-20cm, tout simplement ! Ou mieux, d’investir dans un WC nomade en carton comme celui disponible sur la boutique de Wikicampers !

Qui a dit que la vanlife c’était glamour ?

Cela étant dit, je vous rassure, nous n’avons pas eu besoin d’en arriver là. La petite commission est plus simple en nature, soyons honnêtes. Mais au-delà de ça, nous avons toujours assez facilement trouvé des toilettes publiques.

Les applications mobiles « 
toilet finder » ou « Flush » seront vos amies.
Enfin, les grandes surfaces, ou même tout simplement demander avec un grand sourire aux commerçants ou aux restaurants peut aussi dépanner !

road_trip_conseils_france_douche

4 – L’énorme avantage d’avoir un véhicule « passe-partout »

Je continue sur ma lancée de « vérités », mais toutes les municipalités n’accueillent pas les personnes voyageant et dormant dans leur véhicule de la même manière. Certaines offriront gracieusement une ou plusieurs aires de parking où l’on pourra dormir en toute sécurité sans devoir chercher (merci l’application Park4night !)

Mais d’autres coins ne sont pas friands des nomades.
Respectez un maximum les indications et les consignes officielles. Mais il nous est arrivé plusieurs fois d’être ravis de pouvoir passer une nuit ni vu ni connu dans un lieu qui n’est pas un « spot reconnu ».
Il faut évidemment se faire discret (autrement dit, ne pas déplier la tente de toit) ou ne laisser aucune trace/aucun déchet. Bref, respecter les locaux et l’environnement.

Bon plan spot dodo : en basse saison, les autorités locales sont bien plus flexibles et tolérantes. Certaines aires fermées en haute saison le sont en basse, comme le parking du Cap de l’Homy, par exemple !

Second bon plan : prenez le temps de lire les commentaires des parkings sur park4night ! Des co-voyageurs laissent parfois des messages comme « Les gendarmes nous ont confirmé que nous pouvions passer 2 nuits d’affilée maximum (entre novembre et avril) ». Or, ces spots ne sont pas répertoriés en tant qu’« aire de camping gratuite » sur l’application !

road_trip_conseils_pratiques

5 – La tente de toit c’est génial.. Mais surtout en été !

Ah, la tente de toit ! Un des aspects qui nous intriguait le plus et qu’on voulait vraiment tester. Nous avions connu la tente de toit sur mon 4×4 en Australie. Tente à laquelle on peut accéder par l’extérieur uniquement. Mais cette version-ci, dépliable et accessible directement depuis l’intérieur, attisait notre curiosité !
À ce propos, la déplier et la replier est incroyablement simple et rapide. En moins de 5 minutes, tu gagnes un espace de vie considérable pour tenir debout dans le véhicule ainsi qu’un immense lit double en haut. Donc, côté pratique, 10/10 !

En revanche, et on pouvait s’en douter, mais les isolations sont fortement impactées. Aussi bien phonique que thermique.

Comme expliqué en
story Instagram, le meilleur moyen de comprendre la différence, c’est d’imaginer qu’on « coupe » le toit du châssis pour y poser une tente sans sol sur le dessus.
Donc quand le vent se lève fortement ou quand la température de nuit baisse bien (disons qu’à partir de 10-12 degrés ça commence à devenir bien frais), convertir la banquette du bas en lit et replier la tente permet d’être bien mieux isolé du bruit et du froid.

Je vous avoue que sur nos 3 semaines et demie, nous avons dormi dans la tente de toit 2 ou 3 fois seulement, simplement car le lit du bas se faisait en 30 sec, qu’il était très confortable et que bon, on voyageait en octobre (e
n revanche, on ouvrait assez régulièrement la tente en fin d’après-midi avant que les températures ne baissent trop.)

Après, je maintiens qu’au printemps ou en été, ça doit être vraiment l’idéal et je pense qu’on testera à nouveau !

road_trip_jeremy_backpacker

6 – Les impitoyables barrières « moins de 2 mètres »

Un bref petit mot sur ces fameuses barrières à l’entrée de nombreux parkings le long de la côte.
Étant Belge (et ma compagne allemande), nous ne connaissions pas du tout ce système pour empêcher les véhicules trop imposants d’accéder à certains parkings.

Dans le point 4, je parlais de l’avantage d’avoir un véhicule passe-partout, et bien pouvoir passer sous ces barrières a été un réel plus durant le road trip. Je ne suis pas un expert de la vanlife en France, mais il me semble que ces barrières ne sont présentes que le long du littoral.

Donc, pour ceux qui ont déjà pensé se rendre dans le sud-ouest pour profiter de la plage, du surf ou simplement de l’Atlantique, ça peut être un aspect à prendre en compte.

7 – Louer est la meilleure chose qu’on puisse faire avant d’acheter

Pour terminer sur une notre plus générale, j’imagine que nous ne sommes pas les seuls à avoir déjà imaginé un jour posséder notre propre maison sur roues.

Dans notre cas, ça serait pour y vivre à l’année. Voyager lentement, au gré des saisons, de manière à réduire notre impact carbone, et aborder la notion de voyage différemment. De manière plus durable.
Mais pour d’autres, investir dans un véhicule aménagé c’est investir dans un véhicule pour s’évader seul(e), en couple ou en famille les week-ends ou durant les vacances.

Dans les 2 cas, le meilleur conseil que je vous puisse vous donner avant de faire votre choix définitif tient en une phrase :
Il s’agit de tester un ou plusieurs véhicules qui vous intéressent en vivant dedans pendant au moins 2-3 semaines.

Ça va vous permettre de vous rendre compte de vos besoins réels quotidiens (et encore, les saisons peuvent les faire varier, comme je l’ai mentionné).

On a trouvé notre véhicule (« Coquelicot », pour les intimes) vraiment idéal pour quelques semaines, mais on s’est rendus compte de pas mal de choses qui nous ont fait avancer dans notre réflexion d’achat.

Louer avant d’investir est une notion déjà abordée dans un article dédié à l’achat d’un camping-car par la WikiTeam. Donc, l’idée de tester un véhicule qu’on pensait potentiellement adapté à nos besoins s’est avérée encore plus utile que prévu.

Et c’est là où Wikicampers se distingue des autres avec ce système de location entre particuliers. Le choix des véhicules et des aménagements est immense, donc on peut imaginer en tester plusieurs sur une ou plusieurs années.

road_trip_camping_car


Bref, on me dit dans l’oreillette que cet article se fait long, désolé.
J’espère que ce long retour d’expérience vous a plu.
Ma volonté (et celle de la WikiTeam en me laissant rédiger cet article ici) était de vous partager un peu plus « la vraie vie en van ». Loin des clichés Instagram qu’on trouve aisément via le fameux #vanlife. 

Pour conclure, je dirais que partir à l’aventure en van, c’est revenir à l’essentiel. C’est troquer son confort quotidien pour plus de liberté. Et cette sensation, elle est unique !
Je vous laisse en vous invitant à poser vos questions sur notre road trip, ou sur n’importe quel sujet abordé dans cet article.

Vous trouverez peut-être vos réponses dans l’article qui retrace
notre itinéraire complet sur la côte ouest française (carte et spots dodo en bonus !)

Sinon, j’alimente régulièrement mon blog voyage,  Jeremybackpacker.com. D’abord axé sur mes PVT en Australie ou Nouvelle-Zélande, je compte désormais partager beaucoup d’articles qui découleront de ce fameux road trip en France, réalisé en partenariat avec la WikiTeam !

À bientôt !

Jérémy


Nous remercions Jérémy d’avoir accepter de partager son experience et ses tips sur son road trip en van, en France ! Et si vous aussi, vous avez des conseils, partagez les en commentaire sous cet article ! C’est toujours un plaisir de vous lire !

Vous n’avez pas la chance de posséder un véhicule ? Hâtez-vous d’en louer un sur notre site !

 

Et si cet article vous a plu, nous vous invitons à le partager autour de vous !


Mona

Si tout comme moi vous aimez voyager et que votre souhait est de partir vers de nouvelles aventures, suivez mes conseils et astuces pour s'évader autour du monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


X